Depuis 2014, JP Energie Environnement développe un projet de 4 éoliennes sur la commune de Prunay-en-Yvelines (lieux-dits La Butte d’Orsonville, La Butte à Brault), en capacité d’alimenter 3 808 foyers (11 424 personnes) et d’éviter 13 299 tonnes de CO2/an.

Le site d’implantation

Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

L’intégration paysagère

Une attention toute particulière a été portée à la réduction des impacts.

Les 4 éoliennes prévues ne dépassent pas 135m de hauteur totale en bout de pale.

De plus, JP Energie Environnement a veillé à développer un projet cohérent, intégré au territoire d’accueil en limitant le nombre d’éoliennes à 4 afin de limiter l’emprise visuelle de ce dernier et respecter les cadres de vie environnants.

Il faut ajouter que l’implantation des éoliennes est uniquement prévue sur des terres agricoles ne nécessitant aucune destruction de bois, de haie ou de lisière pour la construction et l’exploitation du parc.

Rappelons que chaque projet est étudié par la Commission Départementale de la Nature, des Paysages et des sites (CDNPS). En effet, avant de déposer une demande d’autorisation, le porteur du projet consulte l’ABF (Architecte des Bâtiments de France) compétent pour concevoir son projet.

L’ABF rend également un avis au cours de l'instruction de la demande d’autorisation d’exploiter, puis est invité à se prononcer lors de l’examen du projet éolien par la CDNPS en raison de la présence visuelle des éoliennes dans le paysage.

JPee a réalisé toutes les analyses ci-dessous :

  • Etude de covisibilité depuis les monuments historiques inscrits et classés
  • Etude d’encerclement depuis les hameaux les plus proches du parc éolien
  • Réalisation de simulations visuelles de toutes les variantes d’implantation envisagées

JP Energie Environnement a sélectionné la variante d’implantation avec le moins d’impact sur le patrimoine (Ferme de Gauvilliers, églises de Prunay-en-Yvelines, d'Ablis, d'Orsonville, de Boinville-le-Gaillard, ancienne abbaye d’Ablis, château d'Auneau, maison-forte de Gourville, cathédrale de Chartres) et la plus respectueuse du cadre de vie (nombre d’éoliennes et hauteur).

Un peu de technique

L’éolienne retenue pour le site de Prunay-en-Yvelines : Vestas  V110-2.2 MW avec serration

  • 4 éoliennes = 8,8 MW
  • Tonnes de CO2 évitées par an : 13 299 tonnes
  • Nombre de foyers/habitants alimentés : 3 808 foyers (11 424 personnes)

Principe de la production électrique à partir d’une éolienne

1 - Parc éolien. La rotation des pales est convertie en énergie électrique 650 volts par la génératrice. La tension est ensuite élevée à 20 000 volts par un transformateur.

2 - Câbles enterrés. Toutes les éoliennes du parc sont reliées au poste de livraison par des câbles électriques enterrés.

3 - Poste de livraison. C’est l’endroit où l’énergie produite est comptée puis livrée vers le poste source (réseau public) sur lequel le parc est raccordé.

4 - Poste source. Le poste source permet de distribuer de l’électricité à une tension de 20 000 volts.

5 - Villes et villages. La tension est abaissée dans la ville pour une utilisation conventionnelle, l’électricité peut être consommée.

6 - Lignes haute tension. L’énergie excédentaire est renvoyée sur le réseau haute tension.

Pourquoi les éoliennes sont parfois arrêtées ?

Plusieurs causes peuvent être à l’origine de l’arrêt d’une éolienne en présence de vent :

  • Vent trop faible ou trop fort : la vitesse du vent est inférieure à 15 km/h (15 à 20% du temps) ou dépasse 90 km/h, ce qui survient quelques heures par an sur des sites très exposés.
  • Effet de sillage : il s’agit d’une zone de vent plus faible et tourbillonnant située en arrière de l’éolienne. En fonction du profil du vent, des éoliennes situées dans cette zone peuvent être mises à l’arrêt pour accroître la production de leurs voisines. L’effet de sillage se produit rarement car la conception du parc éolien prend en compte ce facteur et cherche à l’éviter en disposant au mieux les éoliennes.
  • Maintenance et réparation : ces activités nécessitent l’arrêt de la machine quelques heures ou quelques jours par an. Ces différentes causes entraînent cependant peu d’arrêts des éoliennes qui, en moyenne, tournent plus de 80% du temps. Un «ratio d’activité» ou facteur de charge de 25% est parfois mis en avant pour affirmer qu’une éolienne ne fonctionne pas toute l’année. En réalité, une éolienne fonctionne en moyenne plus de 80% du temps avec un niveau de puissance variable pendant cette période. Elle fonctionne par contre à pleine puissance pendant 25% du temps.

Quelle est l’emprise au sol d’une éolienne ?

 

L’emprise au sol d’une éolienne et sa plateforme : 1 500 m² maximum.

Quelle est la distance entre les éoliennes à la première maison ?

Dans le cas précis du projet du parc éolien de Prunay-en-Yvelines, l’éolienne la plus proche des habitations est à 790 m, sachant que la réglementation en vigueur impose une distance habitation-éolienne de 500 m.

De plus, JP Energie Environnement a décidé d’équiper les 4 éoliennes d’une option supplémentaire de serration (ou dentelures), permettant de réduire le bruit des pales lors de leur prise au vent. Il s’agit d’un nouveau système inspiré de la nature pour rendre les éoliennes silencieuses. Cela ressemble à un peigne qu'on installe au bout des pâles. Des dents atténuent le bruit fait par le métal quand il fend l'air. C'est assez spectaculaire. C’est le Hibou qui a inspiré des ingénieurs allemands avec ses plumes qui ont, tout au bout, des petits crochets disposés en peigne qui créent des tourbillons dans l'air et atténuent le bruit. 

Peut-on se fier à l’énergie éolienne pour produire de l’électricité pendant les pics de consommation ?

Le parc éolien français couvre actuellement 4% de la consommation totale d’électricité. Les caractéristiques de cette capacité de production sont particulièrement adaptées pour sécuriser une partie de la consommation lors des pics de consommation d’hiver :

  • La production éolienne est nettement accrue en hiver : Le vent étant plus fort lors des périodes de grand froid, les éoliennes produisent donc davantage au moment où la demande est maximale. Ainsi, en 2014, la production maximale a été observée en janvier (2 900 MW), février (3 700 MW) et décembre (2 800 MW).
  • La fiabilité de l’énergie éolienne garantit la fourniture d’électricité éolienne lors de pics de consommation : La coexistence de trois régimes de vent décorrélés permet un équilibrage du réseau par effet de foisonnement.